Conclu le 12 décembre 2015 à la COP21 (21e Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques), l’accord de Paris est une avancée historique. Si les enjeux auraient nécessité d’aller plus loin, il engage 195 pays dans un processus vertueux, traduit l’évolution de l’opinion publique mondiale et met en lumière le rôle primordial de la société civile. En France, le CCFD-Terre Solidaire s’est fortement mobilisé : retour sur ses engagements de l’année.
0 Millions
600 millions de personnes supplémentaires souffriront de la faim d’ici à 2080 à cause des dérèglements climatiques si nous ne faisons rien
0
500 000 personnes mobilisées pour la COP21

Accords Climat : le CCFD-Terre Solidaire s’engage pour la souveraineté alimentaire

Ce soir, nous ne sommes pas là pour conclure notre engagement, mais bien pour l’amplifier et lancer les mobilisations à venir ! » lançait Bernard Pinaud la veille de la signature de l’accord de Paris. Celui-ci marque le début d’un long chemin : une course contre la montre est engagée pour espérer limiter réellement les dérèglements climatiques.

L’enjeu est de taille : dans les pays du Sud, pourtant moins responsables que les pays les plus riches,  les dérèglements climatiques menacent l’ensemble de l’agriculture. Si rien n’est fait pour les limiter, dans 70 ans, 600 millions de personnes supplémentaires risquent de souffrir de la faim : un constat alarmant qui a poussé le CCFD-Terre Solidaire à lier son plaidoyer pour la souveraineté alimentaire aux négociations internationales sur le climat.

L’association a ainsi participé à l’ensemble des sessions de négociations préparant la COP21 tout au long de l’année. Objectif : promouvoir dans l’accord de Paris la question des droits humains et de la sécurité alimentaire. Elle a également appelé les pouvoirs publics à une vigilance sur les « fausses solutions » mises en avant pour lutter contre la faim et le changement climatique : « agriculture intelligente face au climat », place du secteur privé dans la lutte contre le changement climatique…

En lien avec ses partenaires du Sud et ses alliés français et européens, le CCFD-Terre Solidaire a également mis en avant ses propositions en matière de modèles agricoles les mieux à même de relever les défis de la souveraineté alimentaire et de la lutte contre le changement climatique : pratiques agro écologiques des agricultures familiales, agro foresterie…

Caroline Doremus-Mège, directrice du Plaidoyer, explique l’engagement du CCFD-Terre Solidaire dans le cadre des négociations sur le climat.
Loading...

Un engagement au long cours

La mobilisation citoyenne pour la COP21 a également fait l’objet d’un travail de longue haleine. Dès la fin 2014, le CCFD-Terre Solidaire a joué un rôle fondateur dans la structuration de la Coalition Climat 21, un rassemblement de 130 acteurs de la société civile (ONG, syndicats, associations confessionnelles, etc.) destiné  à coordonner le programme de mobilisation durant les quinze jours de la COP21.

Il a par ailleurs mené un important travail de sensibilisation des communautés chrétiennes, notamment avec la brochure Vivre le Carême. Consacrée au lien entre la foi et notre façon « d’habiter la Création », elle a servi d’outil d’animation pour réfléchir à ce que le pape François a appelé, dans l’encyclique Laudato si, « la sauvegarde de la maison commune ».

Durant toute l’année 2015, la mobilisation a également engagé les 15 000 bénévoles de l’association : participation, parfois co-organisation, des grands rendez-vous d’Alternatiba, rassemblements départementaux ou régionaux, « vacances engagées » ou partages sur les réseaux sociaux… Autant d’initiatives qui ont permis aux Français de mieux comprendre les grands enjeux de la COP21.

Pour les bénévoles du CCFD-Terre Solidaire, il s’agissait également de vivre leur engagement pour la solidarité internationale :

Loading...

Une mobilisation exceptionnelle pendant la COP21

Du 28 novembre au 12 décembre 2015, malgré l’État d’urgence, le CCFD-Terre Solidaire a co-organisé et co-animé de nombreuses actions pour relayer ses revendications et faire pression sur les négociateurs.

Les 5 et 6 décembre, au Sommet citoyen pour le climat de Montreuil, les bénévoles ont animé un stand sur la souveraineté alimentaire comme alternative face aux dérèglements climatiques et organisé un cycle de formation sur le thème « Changeons le modèle : nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, nouvelles visions ».

Du 7 au 11 décembre, à la Zone d’Action pour le Climat située dans le centre culturel parisien le CENTQUATRE, l’association a aussi participé à quatre jours de débats et manifestations citoyennes. Veillée œcuménique à la basilique de Saint-Denis, chaîne humaine sur les trottoirs de Paris du 29 novembre, grande marche du 12 décembre… le CCFD-Terre Solidaire a été de toutes les manifestations.

La mobilisation des bénévoles et sympathisants a ainsi, indirectement, appuyé les actions de plaidoyer menées au niveau national et international pour faire de l’accord de Paris une réussite à transformer : le combat du CCFD-Terre Solidaire pour le climat ne fait que commencer.

Retour en images sur la mobilisation du CCFD-Terre Solidaire pendant la COP21 :

Pour Bernard Pinaud, délégué général de l’association, l’ensemble de l’association a su unir ses forces pour cet événement historique.
Caroline Doremus-Mège, directrice du Plaidoyer, témoigne des points de vigilance sur l’accord de Paris.

NOTRE MISSION

UN OUTIL D’ÉMANCIPATION

L’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale est un processus de transformation personnelle et un levier de transformation de la société.

Dépasser la seule sensibilisation aux réalités des pays du Sud

L’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale invite à découvrir les réalités du monde. Elle vise à encourager la rencontre de la différence, favoriser l’esprit critique, libérer la parole et inviter à l’action. Elle doit amener à déconstruire les stéréotypes, interroger nos modes de consommation, faire évoluer nos comportements individuels et collectifs.

Faire évoluer le discours de la solidarité internationale

De plus en plus de citoyens sont informés de la réalité des pays du Sud mais ne modifient pas leur comportement. L’association considère qu’il est de sa mission d’identifier, notamment avec ses partenaires au Sud, de nouveaux ressorts pour s’engager pour la solidarité internationale.

Un processus ouvert sur le monde

Le CCFD-Terre Solidaire développe cette pédagogie en faveur de son réseau de bénévoles mais aussi de tous ceux qui le souhaitent, notamment lors des rendez-vous comme la Semaine de la solidarité internationale en novembre, la Quinzaine de la finance solidaire et au travers de toutes les problématiques abordées par l’association, comme l’épargne éthique, le partage des richesses, les voyages solidaires, etc.

15 000 bénévoles